Jean Cavaillès

Jean Cavaillès

Un philosophe dans la guerre 1903-1944
Paru le 25 avril 2003
ISBN : 2-86645-505-3
Livre en librairie au prix de 20 €

Acheter "Jean Cavaillès"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

×

Reçu premier à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégé de philosophie en 1927, Jean Cavaillès fut l’un des intellectuels les plus brillants de sa génération. Gaston Bachelard, avec qui il noua une forte amitié, notait : «Jean Cavaillès avait une volonté de héros.» Un héros de la pensée sûrement, que ses travaux sur la théorie de la science auraient distingué si la guerre n’avait orienté sa vie vers d’autres combats. Lié dès le début au mouvement de résistance Libération, animé entre autres par Emmanuel d’Astier de La Vigerie, Jean Cavaillès fut arrêté par les Allemands en août 1943, puis condamné à mort et exécuté cinq mois plus tard. Gabrielle Ferrières retrace dans ce livre émouvant la vie d’un philosophe, inséparable de celle de l’homme d’action et de convictions.

Gabrielle Ferrières, née en 1900, décédée en 2001, était la sœur aînée de Jean Cavaillès. Avec ses amies Lucie Aubrac, Anise Postel-Vinay, Germaine Tillon, elle a tenu un rôle important dans les organisations d’anciennes résistantes, infatigable dans l’aide aux déportés, avant de participer à la fondation de l’association «Liberté-Mémoire». Elle a été l’une des pionnières de SOS-Amitié, expérience qu’elle a évoquée dans son livre Voix sans visages. Des voix sans visages, comme celles de la prison où les nazis lui avaient fait payer sa passion de la liberté.

« D’ordinaire, pour un philosophe, écrire une morale, c’est se préparer à mourir dans son lit. Mais Cavaillès, au moment où il faisait tout ce qu’on peut faire, quand on veut mourir au combat, composait une logique. Il a donné ainsi sa morale, sans avoir à la rédiger. » Georges Canguilhem

Avec une étude de son œuvre par Gaston Bachelard - Préface par Jacques Bauveresse

Association Liberté-Mémoire Conseil : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Stéphane Hessel ambassadeur de France, François Jacob de l’Académie française, Pierre Moinot de l’Académie française, Serge Ravanel, Pierre Sudreau président, Germaine Tillion présidente d’honneur, Jean-Pierre Vernant, Denise Vernay.

Revue de presse