Correspondance d’avant-guerre et de guerre

Correspondance d'avant-guerre et de guerre

Paru le 29 janvier 2015
ISBN : 978-2-86645-823-2
Livre en librairie au prix de 20 €
272 pages

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Acheter "Correspondance d'avant-guerre et de guerre"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

×

Martyr de la Résistance, « modèle d’abnégation patriotique », a écrit de Gaulle, un être de lumière pour ceux qui l’ont connue, mais absente des recueils d’hommages aux héroïnes cataloguées avant qu’Amiens et Neuilly ne la redécouvrent et qu’Israël ne l’élève au rang des Justes parmi les nations. Née en août 1913, fille d’un cordonnier de Neuilly, brillante élève de l’école publique, reçue en 1937 à l’École Normale Supérieure de Sèvres, agrégée des lettres, professeur aux lycées du Havre, d’Étretat, Victor Duruy à Paris et à partir de 1942 au lycée d’Amiens, elle est arrêtée le 13 février 1944, transférée à Paris, soumise au supplice de la baignoire et meurt étranglée, victime de ses bourreaux ou suicidée pour ne pas risquer de parler. Agent de liaison occasionnelle dès 1941, elle avait participé au mouvement Libération Nord, assuré un refuge à des amis juifs proscrits, enfin apporté son aide aux aviateurs alliés rescapés qui conduisait ceux-ci, en suivant la filière Shelburne, du Nord et de la Somme jusqu’à leur point d’embarquement clandestin pour l’Angleterre, à quelques brasses de Saint-Brieuc. C’est tardivement, qu’ont été connues les lettres qu’elle adressait aux siens. Elles sont un témoignage de lucidité patriotique ainsi qu’une représentation pleine de retenue et parfois d’humour d’un pays sous l’occupation ennemie. Elles tranchent par la finesse d’observation et les bonheurs d’écriture sur le tout venant de la littérature épistolaire de guerre. Elles seront une révélation pour le lecteur. Quelques phrases en donnent le ton :

« 1er juillet1940. Le désastre n’a pas fait de moi une chiffe, mais un roc. »

« 26 août. L’occupation ici n’est pas seulement symbolique, elle est tyrannique, obsédante. Il y en a partout, dans les rues, les magasins, les usines, les appartements, les villas…On les traîne avec soi, ils vous courbent les épaules, la nuque…

« 4 janvier 1944. On s’attend à des événements très proches, surtout qu’on sait les Russes à la frontière polonaise … »

L’événement très proche fut son arrestation. Une de ses anciennes élèves raconte que, se sachant sur le point d’être arrêtée, elle aurait, avant de sortir du lycée, pris par la main dans la cour plusieurs jeunes filles et les aurait entraînées dans une ronde en chantant : « Ce n’est qu’un au revoir, mes sœurs, ce n’est… »

Préface de Jean-Louis Crémieux-Brilhac