Un fou s’évade

Un fou s'évade

Souvenirs de 1941-1942
Paru le 6 février 2020
ISBN : 978-2-86645-688-7
Livre en librairie au prix de 10.90 €
256 pages

Acheter "Un fou s'évade"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

Combien font 5 + 2 ?
×

"J’ai écrit ce livre il y a plus de vingt ans, avec l’aide de notes prises à Londres en 1943, mais je ne me suis décidé à l’éditer qu’à l’âge de 85 ans. Il m’a semblé qu’il n’était plus indiscret de le publier, car le jeune homme dont je parle a maintenant totalement disparu."

En octobre 1940, André Postel-Vinay s’engage dans la Résistance. Un fou s’évade raconte les dix mois qui suivent son arrestation en décembre 1941 par la Gestapo. Par crainte d’avoir laissé dans sa chambre un carnet susceptible d’être dangereux pour certains résistants, il fait une tentative de suicide. Puis il simule la folie, s’évade de l’asile Sainte-Anne, navigue clandestinement vers Gibraltar et arrive à Londres. Ces dix mois furent riches d’expérience pour un jeune homme de vingt neuf ans – qui, une fois à Londres, rencontra le général de Gaulle. Une véritable épopée !

Né en 1911, André Postel-Vinay est inspecteur général des Finances honoraire et compagnon de la Libération. Après la guerre, le général de Gaulle le nommera directeur de la Caisse centrale de la France. Il a consacré toute sa vie professionnelle au service de l’État.

«C’est curieux comme on a tendance à l’oublier, mais parmi nous vivent encore des hommes et des femmes à qui nous devons notre liberté.Le 14 décembre 1941, André Postel-Vinay, qui œuvre activement dans la Résistance, est arrêté par la Gestapo et embastillé à la Santé. Il craint de “parler” sous la torture. Il ne voit qu’une seule issue: le suicide… Il a 30 ans. «Il raconte aujourd’hui – avec un savoureux sens de l’autodérision, et l’art d’évoquer des choses atroces avec une imperturbable bonne humeur – ce qui s’est passé dans sa tête à ce moment-là: pas tant le fait de peser le pour et contre que de savoir comment s’y prendre. Se pendre?

«[…] Pareil livre laisse évidemment admiratif.Et jette le lecteur dans un trouble profond: qu’aurais-je fait à sa place?… On le referme un peu inquiet!»

Jean-Luc Porquet, Le Canard enchaîné

Revue de presse