Le Troisième Homme

Le Troisième Homme

L'Art de la défaite sous la Ve République
Quelques semaines avant le résultat du premier tour des élections présidentielles, bien malin serait celui capable de donner le trio de tête ! L’occasion de se replonger dans la fascinante histoire du premier des perdants de la grand-messe de la Ve
Paru le 7 avril 2022
ISBN : 978-2-86645-962-8
Livre en librairie au prix de 22 €
360 pages
Collection : Histoire et sociétés
Thèmes : Histoire

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Acheter "Le Troisième Homme"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

Combien font 2 + 1 ?
×

« Im-per-da-ble !... » C’était écrit à l’avance, l’élection présidentielle de 2017 devait voir son grandissime favori, François Fillon, entrer triomphalement à l’Élysée, de même que celle de 2002 aurait permis d’assister à la revanche de Lionel Jospin sur Jacques Chirac, et que celle de 1995 conviait les Français à la victoire éclatante d’Édouard Balladur, que l’on imaginait même un temps élu dès le premier tour, faute de concurrents sérieux… Or, rien ne s’est passé comme prévu pour ces ténors de la politique française, ainsi que pour tous ceux qui eurent le redoutable honneur de devenir troisième homme ou femme du scrutin : Jean Lecanuet, Jacques Duclos, Jacques Chaban-Delmas, Raymond Barre,
François Bayrou ou Marine Le Pen.

Grands favoris foudroyés ou outsiders inattendus, tous ont marqué l’histoire des présidentielles par leur échec à atteindre le second tour, non sans vouloir peser sur son issue.
Pierre-Frédéric Charpentier s’est attaché à une description précise des faits, tout en la rendant vivante et accessible grâce à de nombreux témoignages inédits d’acteurs politiques, directement concernés ou très
impliqués. Il dresse le portrait-robot du « premier des derniers », un loser sympathique, mais toujours signifiant, de la République.