La Colline sans oiseaux

La Colline sans oiseaux

14 mois à Buchenwald
Paru le 26 octobre 2017
ISBN : 9782866458607
Livre en librairie au prix de 22 €
242 pages

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Acheter "La Colline sans oiseaux"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

Combien font 4 + 4 ?
×

Immédiatement après sa libération, les chairs encore meurtries et les souvenirs brûlants, Jean Puissant couche sur papier le témoignage glaçant de ses 14 mois d’horreur durant lesquels il fut incarcéré au bloc des invalides du petit camp de Buchenwald, en compagnie notamment de Jacques Lusseyran.

On assiste à la lente désagrégation du courage de ces malheureux, épuisés par la peur, les coups, la faim, le froid, la fatigue, la maladie, le désespoir et surtout la mort qui rôde, partout, dans chaque recoin, à chaque instant. Ces malheureux dont l’unique but est de « durer et non de vivre ». Monde étrange où les héros qui ont oublié jusqu’à leur idéal sont mêlés à des prisonniers de droit commun, agonisants d’angoisse.

Tableaux effrayant que ces loques humaines qui se tuent pour une assiette de soupe, se ruent pour lécher des immondices. Ils étaient des hommes et, dépouillés de toute humanité par les nazis, sont devenus pareils à des fauves.

Pourtant au milieu de cet enfer il y a ceux qui refusent de mourir, que ne se veulent pas avilis et lâches, qui tiennent tête envers et contre tout, dressés contre leurs bourreaux comme contre leur propre faiblesse. Ils se réunissent pour discuter, organisent des concerts, des chorales, créent des bibliothèques. Il se lient d’amitiés solides qui leur deviennent plus nécessaires que le pain quotidien et cimentent la communion d’une commune misère.

Le livre de Jean Puissant est parfois brutal, insupportable, écrit si vite après la libération des camps il n’a pas toujours le recul nécessaire mais il a le mérite d’être sincère, il ne ment jamais.