HEINRICH VON KLEIST

HEINRICH VON KLEIST

suivi de L'Élaboration de la pensée par le discours
Paru le 4 novembre 2011
ISBN : 978-2-86645-764-8
Livre en librairie au prix de 12 €
160 pages
Collection : Le Félin Poche

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Acheter "HEINRICH VON KLEIST"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

Combien font 3 + 5 ?
×

L’œuvre d’Heinrich von Kleist n’a pas suscité tant d’analyses en France pour méconnaître la traduction par Alexandre Vialatte de l’essai que lui consacra Friedrich Gundolf (1880-1931) qui, parmi les érudits les plus célèbres de la république de Weimar, s’était attaché à l’élucider en 1922, alors qu’elle restait encore inentendue au cœur même de la langue allemande. De Gundolf, dont le grand germaniste Jacques Decour, traducteur de l’essai sur L’élaboration de la pensée par le discours de Kleist, écrivait : « Profond, grand : ces mots n’ont plus guère de sens ; l’abus les a fait passer dans le vocabulaire des journalistes. Il faudrait en forger d’autres pour rendre l’impression des lecteurs de Gundolf. » Les deux traductions, celle de Vialatte et de Decour, exactement contemporaines, réunies et présentées ici par Eryck de Rubercy, donnent surtout une précieuse approche de celui que Jacques Decour qualifiait de « possédé, sublime et démesuré » ou encore de « poète génial » qui, après avoir laissé huit pièces de théâtre et autant de récits, ne se sera pleinement accompli que dans la mort qu’il se donna le 21 novembre 1811, à l’âge de trente-quatre ans.

Eryck de Rubercy, essayiste et critique, est l’auteur des Douze questions à Jean Beaufret à propos de Martin Heidegger (Nouvelle édition, Univers-Poche, coll. Agora, 2011). Germaniste éminent, il a traduit Le Chemin poétique de Hölderlin de Max Kommerell (Aubier, 1989), des poèmes de Stefan George (Fata Morgana, 1981 et 2004, prix Nelly-Sachs), ainsi que cinq volumes de l’œuvre d’August von Platen (La Différence, 1993-2002). On lui doit par ailleurs l’édition des Aperçus sur l’art du jardin paysager d’Hermann von Pückler-Muskau (Klincksieck, 1998). Les Éditions du Félin publieront prochainement son Gottfried Benn, Poète absolu.

Préface d’Eryck de Rubercy Traduction d’Alexandre Vialatte