Archéologie de l’inversion sexuelle

Archéologie de l'inversion sexuelle

Introduction et édition établie par Clive Thomson. Préface de Philippe Artières
Paru le 25 septembre 2014
ISBN : 9782866458164
Livre en librairie au prix de 25 €
414 pages

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Acheter "Archéologie de l'inversion sexuelle"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

Combien font 2 + 3 ?
×

Georges Hérelle (1848-1935) n’était connu jusqu’alors que comme le traducteur en français du poète italien Gabriele D’Annunzio. Mais ce professeur de philosophie a une autre passion ; il est en effet fasciné très tôt par le sujet de l’inversion sexuelle. Il en devient un des premiers grands savants, un chercheur passionné, un archiviste exceptionnel. À dix-sept ans, dès son arrivée au Collège Sainte-Barbe à Paris, il rencontre Paul Bourget, le futur académicien, et tombe « passionnément » amoureux de lui. Leur correspondance, qu’Hérelle archive et au sujet de laquelle il maintient, toute sa vie, la plus grande discrétion, donne un accès privilégié aux milieux sociaux et littéraires des homosexuels à la fin du Second Empire. « À Rome, j’ai demandé à Monte, petite tapette avec qui j’ai causé deux soirées, quels étaient à sa connaissance les lieux où la pédérastie était la plus répandue ? » Hérelle conserve ainsi, dans son journal de voyage de septembre 1890, les détails de sa rencontre avec le jeune prostitué. Dans son journal de 1896, il écrit : « Naples me séduit toujours, me séduit comme un vice ». Ce sont plus précisément les histoires que les prostitués racontent qui séduisent Hérelle, au cours de la dizaine d’années qu’il fait ses enquêtes archéologiques en Italie. Il en garde la trace méticuleusement. Les séjours à Rome et à Naples lui permettent également de se procurer toutes sortes de documents liés à ses investigations sur l’inversion sexuelle : cartes postales, brochures, photographies de garçons nus, etc. Tout ce matériel « italien » s’ajoutera aux archives de l’autre enquête, entreprise vers 1885 et encore plus ambitieuse, auprès de ses amis homosexuels en France. À l’aide de questionnaires, Hérelle les interroge sur leurs liaisons amoureuses. L’analyse qu’il fait, dans ce contexte, de ses propres sentiments ne manque pas de finesse : « J’ai pensé sincèrement pour mon compte en bien des circonstances que cet état était un grand malheur. Et néanmoins je suis absolument incapable de m’en détacher, et, hors de ce cercle fatal, rien n’a pour moi d’intérêt réel ; dans ce cercle au contraire, tout me fascine, même ma propre douleur ». À la fin de sa très longue vie, Georges Hérelle décide, après quelques hésitations, de déposer presque toutes ses archives sur l’inversion sexuelle (enquêtes, mémoires, notes de voyage, correspondance, albums, manuscrit d’un livre) à la Bibliothèque municipale de Troyes. Inexplorées jusqu’à maintenant, ces archives, d’une richesse extraordinaire, nous permettent un regard étonnant sur le monde et la mentalité des homosexuels à la fin du XIXe siècle.

Georges Hérelle : archéologue de l’inversion sexuelle « fin de siècle » contient une collection très importante d’éléments iconographiques et la transcription d’un ensemble de textes remarquables, tous des pièces authentiques et inédites, témoignages d’un homme qui explore, sous de multiples angles, une passion dont il a préféré, semble-t-il, garder le secret.