collection > Les marches du temps

  / 

thème > histoire littéraire

Ecrits Critiques

1941-2011

  > 

Jean José Marchand

agrandir : Ecrits Critiques - Jean José Marchand

Pour établir cette édition, Guillaume Louet, en accord avec Jean José Marchand, a adopté l'ordre chronologique et distingué quatre périodes qui suivent sa vie professionnelle, et forment quatre volumes, réunis sous coffret :

· Le Volume I (1941-1948) comporte trois sections : littérature, cinéma, art. Jean José Marchand a commencé sa carrière de critique littéraire à vingt ans, sous l'Occupation, dans les revues Poésie de Pierre Seghers, Toutes Aures, Les Cahiers du Sud, et surtout Confluences, dirigée par René Tavernier. Après la Libération, il poursuit sa carrière de critique littéraire dans Franc-tireur dirigé par Georges Altman et donne des textes d'une très grande qualité à la revue de Kléber Haedens, Le Magasin du Spectacle. De décembre 1944 à 1947, il est aussi critique de cinéma et publie des chroniques hebdomadaires dans les journaux Volontés de ceux de la Résistance et Climats. Puis à partir de 1947, il écrit des « Tours d'exposition » et des critiques d'art pour Combat, dirigé par ses amis Pascal Pia et Albert Camus, puis, d'une manière plus étoffée, dans Paru qu'anime Aimé Patri.

· Le Volume II (1948-1958) est placé sous le signe de l'engagement politique : après le Discours de Strasbourg en avril 1947, Jean José Marchand s'engage dans le RPF du général De Gaulle et devient délégué national à la diffusion de l'organe de ce mouvement, Le Rassemblement qui, sous la direction d'Albert Ollivier, réunit les plumes d'André Malraux, Pascal Pia, Roger Nimier (avant qu'il devienne anti-gaulliste). Dans ce journal de belle tenue, il écrit de 1948 à 1954 quelques centaines d'articles. Parallèlement il collabore à Liberté de l'esprit dirigé par Claude Mauriac, revue où écrivent des intellectuels liés au RPF tel que Raymond Aron avec lequel Jean José Marchand partage bien des analyses politiques. Nous avons réparti les articles couvrant cette période en trois sections : Idées et société, Littérature, Arts. De 1954, fin du Rassemblement, jusqu'en 1957, Jean José Marchand écrit dans Arts. Il effectue notamment pour cet hebdomadaire dirigé par Jacques Laurent de très roboratives enquêtes sur les Ciné-clubs, l'Avant-garde musicale, etc. Enfin il collabore jusqu'en avril 1958 à la revue qui incarne, selon l'expression du sociologue Pierre Grémion, « l'intelligence de l'anticommunisme » : Preuves...

· Le Volume III (1958-1982) s'ouvre sur des chroniques pour le Journal du Parlement (dans lequel différentes tendances politiques étaient représentées, Jean José Marchand incarnant pour sa part la tendance gaulliste). Une première section regroupe les comptes rendus de livres qu'il donna à ce journal et celles publiées à partir de 1960 dans l'hebdomadaire gaulliste, Le Courrier républicain. Une deuxième section rassemble ses articles politiques dans le Journal du Parlement, qui nous conduit ensuite aux articles qu'il donna à La Nation française de Pierre Boutang, à Arguments et à Évidences, revue soutenue par l'American Jewish Comittee. Mais, étant de plus en plus accaparé par ses fonctions de chef du service cinéma à l'ORTF (il crée alors la fameuse série des Archives du XXe siècle), il suspend son activité de critique de 1962 à 1975, à l'exception de quelques contributions notables à La Quinzaine littéraire en 1970, où il fait part de ses minutieuses et passionnantes recherches sur un méconnu, précurseur de la science-fiction, Charlemagne-Ischir Defontenay, d'une préface aux souvenirs de Willy de Spens, et de participations à des catalogues d'exposition. De 1975 à 1981, Jean José Marchand rédige d'excellents articles (sur Philippe Ariès par exemple, dont il était un « fanatique », ainsi qu'il le disait) dans la revue anti-communiste Contrepoint que dirige le gendre de Jules Supervielle, Ricardo Paseyro. Il écrit aussi sur Henry de Montherlant, Roger Caillois, Pascal Pia.

· Le Volume IV (1982-2011) : Jean José Marchand qui, après l'éclatement de l'ORTF, était devenu conseiller à la SFP, prend sa retraite en 1982. À partir de ce moment, il se consacre entièrement à son activité critique. Et quelle activité ! Par les « Journaux de lectures » qu'il donne à La Quinzaine littéraire, avec une très grande fréquence, ses chroniques à La Nouvelle Revue de Paris (dirigée par Michel Bulteau) ou dans la Revue des deux mondes, et ses comptes rendus très réguliers au Bulletin critique du livre français, sans oublier ses préfaces (à René Boylesve par exemple), il devient alors évident que Jean José Marchand est l'un de nos plus grands érudits, et un critique « hors de pair ».

· Un cinquième Volume, constitué d'index et de tables, permet au lecteur de circuler avec facilité dans cet ensemble particulièrement dense.

note sur l'auteur

L'oeuvre critique de Jean José Marchand (1920-2011) fait parfois penser à celle d'Albert Thibaudet, parfois à celle de son ami Pascal Pia, mais il est avant tout « un homme à sa propre hauteur » : « Je conçois le travail de critique comme une réaction en profondeur à ce que j'ai lu. Ceci n'empêche pas l'érudition, si elle n'est pas intempestive, si elle aide à mieux comprendre le texte. » (La Quinzaine littéraire n°1000, 1er octobre 2009). La grandeur à laquelle atteignent les Écrits critiques de Jean José Marchand est le produit magique de la saine distance (fruit d'innombrables lectures, méditations, recherches dans le détail et efforts permanents de synthèse) et de son sentiment profond, qu'il n'a jamais trahi.
Chef d'oeuvre d'érudition - de près de 3000 pages - qui a trait principalement à la littérature, mais aussi au cinéma, à l'art, à la philosophie, à l'histoire, ces Écrits critiques offrent un panorama gigantesque mais personnel de l'histoire littéraire et intellectuelle française du XXe siècle.


.

Les marches du temps

histoire littéraire

2910 pages

prix: 120 €

paru le 22 Mars 2012

isbn: 978-2-86645-773-0