collection > Les marches du temps

  / 

thème > philosophie

Entre chiens et loups

Dérives politiques dans la pensée allemande du XXe siècle

  > 

Edith Fuchs

agrandir : Entre chiens et loups - Edith Fuchs

Passer de Nietzsche à Rosenberg donne la mesure de la catastrophe dans laquelle a sombré la production philosophique dans l’Allemagne de la «révolution conservatrice». Cette abondante et multiforme littérature aura assurément contribué à faire tenir pour évidences inébranlables des convictions insensées, pour lesquelles le crime devient vertu tandis que le fantasme de la race et du Volk germaniques s’élèvent à la valeur suprême.
C’est à cerner les voies d’une accablante destruction de la philosophie que l’essai s’attache. L’océan des faussaires, loin d’être homogène, fait l’objet d’un travail de distinctions soucieux de ne pas diluer dans la notion vague de « fausse philosophie », l’abîme qui sépare par exemple un Schuler d’un Spengler. C’est que la parodie de philosophie peut venir d’illuminés obsessionnellement antisémites, elle peut venir de francs escrocs, comme elle peut être le fait d’esprits instruits et sans doute sincères. Ceux-là suscitent l’intérêt, d’autant que la réception de leurs inventions connaît un accueil bienveillant fort au-delà du moment de leur apparition. Tel est le cas de Spengler. Examiner son Déclin de l’Occident conduit à introduire une notion neuve: celle d’idéologie philosophique, dont la portée paraît généralisable.
L’ouvrage se meut donc sur deux rives.
Il prend son départ dans une perplexité initiale: par quels chemins de pensée et d’écriture la grande tradition philosophique allemande a-t-elle été massacrée pour s’échouer et rendre l’âme, comme il arrive avec les «visions-du-monde» et Le Mythe du XXe siècle ?
Mais l’examen de cette question fraye un chemin indépendant de la configuration historique en jeu. La notion d’idéologie philosophique éclaire une classe d’écrits désormais continûment présents: les mots par lesquels Hannah Arendt se voit elle-même en formulent la nature paradoxale, puisqu’il s’agit de rédiger en philosophe de l’anti-philosophie.

Les marches du temps

philosophie

544 pages

prix: 35 €

paru le 20 Mai 2011

isbn: 978-2-86645-711-2

Préface de Bernard Bourgeois

la presse en parle

article de presse 1

article de presse 2

vous aimerez aussi

 

Le Souffle et la parole

 

Francis Guibal

 

 

Les Enfants d'Héraclite

 

Gérard Mairet

 

 

 

 

Budapest 1956