Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

Histoire(s) d’un siècle de doute sur le racisme en France
Le mythe d’une forme d’invulnérabilité française à la question du racisme apparaît tenace tout au long du XXe siècle. Par quel étrange paradoxe, La France a-t-elle pu si longtemps se croire immunisée au fléau ?
Parution le 14 octobre 2021
Livre en librairie au prix de 25 €
504 pages
Collection : Histoire et sociétés
Thèmes : XXe siècle

En 1919, bien avant Black Lives Matter, un policier militaire américain abat froidement à Nantes un promeneur guadeloupéen. On lit alors dans la presse indignée que les Français ne cultivent pas le préjugé des races, lequel est solennellement condamné par les députés de la seconde puissance coloniale du monde.


Bars ségrégationnistes des années 1920 ou 1960, piscine fermée aux Algériens (1964) ou diarrhée antisémite d’un sénateur SFIO (1959), d’autres affaires offrent à l’opinion l’occasion de s’indigner et d’énoncer la norme idéale d’une France immunisée contre le racisme : Raymond Poincaré s’oppose à Paris à une discrimination, forcément américaine et René Pleven juge longtemps inutile une loi antiraciste finalement votée en 1972 et qu’on persiste à tort à lui attribuer.


Loin de l’anachronisme dogmatique ou de l’idéalisation naïve, l’historien Dominique Chathuant explore le mythe immunitaire à l’échelle du xxe siècle, au coeur puis en aval du contexte colonial. Il nuance au passage l’apparente nouveauté du présent en montrant qu’on dénonce déjà en 1917 l’importation d’idées américaines, qu’on teste les discriminations dès 1939 ou qu’on emploie très tôt les termes « raciste » (1924) et « racisé » (1965).