Confucius ou la science des princes

Confucius ou la science des princes

Contenant les principes de la morale particulière du gouvernement politique des anciens empereurs et magistrats de Chine
Paru le 10 septembre 2015
ISBN : 9782866458294
Livre en librairie au prix de 25 €

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Votre navigateur ne peut pas afficher les PDFs dans la page. Mais vous pouvez télécharger le PDF.

×

Acheter "Confucius ou la science des princes"

Le Félin préfère habituellement faire marcher la librairie, mais en ces temps incertains il nous a paru important de pouvoir "dépanner" nos lecteurs en leur proposant ce module de vente en ligne. Il vous suffit d'envoyer un chèque du montant de votre commande aux éditions du Félin (7 rue du Faubourg-Poissonnière, 75009 Paris), les frais de port sont à notre charge. Merci !

Combien font 2 + 4 ?
×

Le texte dont nous présentons ici la première publication française est un trésor de la bibliothèque de l’Arsenal. Existant sous la forme de deux manuscrits copies conformes, datant de 1687, il est surtout la première traduction en français d’un ensemble considérable de textes dits de Confucius. Pour autant son auteur, François Bernier (1620-1688), élève de Pierre Gassendi et illustre en son temps pour avoir passé plus d’une décennie chez le grand Moghol et en avoir rapporté un ouvrage qui a fait sensation, ne l’a pas établie à partir du chinois, mais de la première traduction latine parue la même année grâce aux bons soins de Louis XIV, réalisée par les pères jésuites installés en Chine depuis environ un siècle, et très acculturés. Cette double transposition en fait un texte unique, dans la mesure où les jésuites avaient réalisé leur traduction à la fois pour faire connaître la pensée chinoise aux missionnaires, mais aussi pour justifier en Occident leur stratégie d’évangélisation, gravement contestée par d’autres ordres et bientôt condamnée par Rome, mettant un terme à ce qui est entré dans l’histoire sous le nom de Querelle des rites. Or Bernier fait partie des philosophes qui, après La Mothe le Vayer, s’emploie à passer au crible les idées religieuses, politiques et morales traditionnelles et qui découvre dans la morale de Confucius les preuves de la « vertu des païens », sans l’éclairage de la révélation, et des éléments d’une science sociale sécularisée, qui se passe donc de la religion et de la théologie, ainsi que dans la Chine un système qui ne recourt à aucune théologie politique. « Confucius ou la Science des Princes contenant les Principes de la Religion, de la Morale particulière du Gouvernement Politique, des anciens Empereurs et Magistrats de la Chine. Abrégée et mise en françois par Mr Bernier, Docteur en Médecine » contient donc des extraits imposants de trois livres confucéens, que nous présentons ici avec une introduction qui remet en perspective les enjeux de la lecture religieuse et philosophique des classiques chinois en Occident, leur influence sur les théories politiques des pré-Lumières en rappelant le très fort engouement qui s’est manifesté pour la Chine presque tout au long du règne de Louis XIV et avec des notes de sinologie qui permettent de comprendre les deux niveaux de traduction du texte, lequel n’a pas été publié en son temps, peut-être à cause de la mort de Bernier, mais peut-être aussi à cause de sa teneur philosophique.

Traduction de François Bernier (1687) Introduction et notes de Sylvie Taussig Note sinologique de Thierry Meynard