collection > Questions d'époque

Un juge en colère

en finir avec le juge d'instruction

  > 

Georges Fenech

agrandir : Un juge en colère - Georges Fenech

Ce cri de colère d’un juge est né du procès d’Outreau, de son cortège de vies ruinées, d’innocents couverts d’opprobre, de ces années de prison pour rien, de ces familles brisées, de ces enfants arrachés à l’affection de leurs parents.
Ces injustices se reproduiront tant que survivra le juge d’instruction, figure emblématique du système inquisitoire reposant, depuis la Révolution, sur les épaules d’un homme isolé dans le secret de son cabinet et livré à son libre arbitre.
Il n’y a plus une minute à perdre pour changer radicalement un système judiciaire archaïque, pour lever le voile sur ces instructions menées à charge, confiées à des juges parfois inexpérimentés, ou souvent autoproclamés Saint-Just, sans réelle responsabilité, se livrant avec la bienveillante complicité des médias, et sans rencontrer de réelles défenses des avocats, à des lynchages aux conséquences indélébiles.
C’est d’une véritable révolution judiciaire dont la France a aujourd’hui besoin.

note sur l'auteur

Juge d’instruction pendant dix ans, Georges Fenech a été confronté aux dossiers sensibles (affaires politico-financières, instruction du procès de l’Église de scientologie, assassinat du juge François Renaud…). Aujourd’hui, il décide de parler à cœur ouvert pour dénoncer de l’intérieur un système répressif attentatoire à nos libertés individuelles. Avant d’être élu député (UMP) du Rhône en juin 2002 et membre de la Commission des lois, il a présidé l’Association professionnelle des magistrats.

Questions d'époque

144 pages

prix: 16.50 €

paru le 7 Avril 2005

isbn: 2-86645-587-8

la presse en parle

"Juge d'instruction pendant dix ans, Georges Fenech pousse un cri de colère. Effaré par le procès d'Outreau, par ses vies ruinées, ses innocents couverts d'opprobre, ces années de prison pour rien, ce juge d'instruction devenu député UMP dénonce de l'intérieur un système qu'il juge attentatoire aux libertés de la personne. Pour lui, la clé de cette dérive a un nom : le juge d'instruction dont il conteste le principe (Midi Libre, 23 avril 2005)

vous aimerez aussi

 

 

 

Silvio's Glam Democracy

 

Gerardo Maffei

 

 

Humeurs médicales

 

Luc Perino