extrait

 
Fiche : La France du coeur
 
 
   
 
Pour 48 % des Français, être exclu signifie ne pas avoir de travail, 40 % d’entre eux considèrent que l’exclusion passe également par l’absence de logement, tandis que l’impossibilité de se soigner signe pour 37 % de nos concitoyens la disqualification. L’impécuniosité apparaît dans tous les cas comme la cause première de l’exclusion. La pauvreté dite «administrative» désigne les ménages qui perçoivent un revenu mensuel inférieur à 602 ¤ (prestations sociales comprises). Ce qui concerne 6,2 % de l’ensemble des ménages, soit 3,6 millions de personnes. Si l’on considère les conjoints et personnes à charge, nous atteignons 6 millions. Tout compte fait, environ 10 % de la population française se situe en dessous du seuil de pauvreté. Sont-ils comptabilisés dans ces chiffres les travailleurs pauvres qui renoncent au RMI pour renouer avec le monde du travail et s’en trouvent fortement pénalisés? Le phénomène de l’emploi précaire sous-payé est récent. Près d’un salarié sur six reçoit un salaire inférieur au SMIC. Parallèlement à cette dévalorisation du travail, la construction du logement social n’a jamais été aussi faible depuis 1954. Nous connaissons un déficit de 600 000 logements. Ces données bouleversent la notion de cohésion sociale 1.
Traditionnellement, chaque citoyen évoluait inséré de fait dans la société, et participant à la vie sociale, économique, politique du pays. Aujourd’hui, cette évidence n’est plus. Chacun doit lutter non pour rester inséré mais plutôt pour ne pas être exclu d’une société fragmentée dont les logiques contradictoires brouillent le sens commun.
La France du cœur propose une plongée au sein d’une vingtaine de structures d’aide qui œuvrent au quotidien pour épauler la frange la plus fragilisée de la population. Des mouvements qui tentent de sauvegarder une cohésion sociale. Les structures présentées sont diverses. Qu’y a-t-il de commun entre les Restos du cœur et Greenpeace? Le Dal et Aides? Toutes ont une haute idée de l’homme et de la terre qu’elles refusent de brader aux plus offrants. Audacieuses dans leur engagement, elles cultivent la pensée de Théodore Monod selon laquelle l’utopie n’est pas l’irréalisable mais l’irréalisé.